IdéeSport Actualités

De la chasse au trésor à la St Nicolas en forêt

10.02.2021

Sira Dürr et Selina Buschor ont commencé à travailler en tant que cheffes de projet pendant la pandémie. C’est avec flexibilité et ouverture d’esprit qu’elles ont relevé le défi de motiver les enfants à prendre part à des activités non pas dans les salles de sport, mais dehors, malgré le froid. Elles expliquent dans cette interview comment elles ont abordé cela, ce qui était compliqué et ce qu’elles ont imaginé de spécial pour cette saison.

Cette saison, vous commencez toutes les deux en tant que nouvelles cheffes de projet pour l’OpenSunday à Rorschacherberg. Comment cela s’est-il passé ?

Selina : Ce sont des amies cheffes de projet qui nous ont donné l’idée. Nous avions suggéré un projet à notre commune, mais ça n’a malheureusement pas fonctionné. Peu après, Lena, la coordinatrice de projet d’IdéeSport, est venue vers nous avec cette proposition pour Rorschacherberg.
Sira : Au mois de janvier de l’année passée, nous avons eu la possibilité de participer à un événement, avant de prendre la relève des chef·fe·s de projet en automne dernier.

Que souhaitez-vous mettre en place, en tant que cheffes de projet ? Parmi vos compétences, lesquelles souhaitez-vous utiliser ?

Sira : Comme nous étudions à la haute école pédagogique, nous pouvons mettre à profit dans notre parcours professionnel le travail que nous faisons avec les enfants et les jeunes. Nous aimons toutes les deux faire du sport, donc c’est le job d’étudiante parfait pour nous.

Il a vite été clair que la saison ne pourrait pas avoir lieu comme d’habitude en raison des mesures pour contenir l’épidémie de coronavirus. L’OpenSunday Outdoor a été mis en place en remplacement. Comment cela s’est-il passé ?

Selina : C’est Lena (ndlr : coordinatrice de projet pour IdéeSport) qui nous l’a proposé et qui a conclu les accords avec la commune.
Sira : Nous n’avions encore jamais mené d’OpenSunday dans les salles de sport et avons pu mettre toute notre énergie dans la planification d’un début de saison en extérieur. Ce n’était donc pas une charge de travail supplémentaire et nous étions même contentes, car nous aimons passer du temps dehors.

Est-ce que vous avez pensé à d’autres solutions de remplacement ? Si oui, lesquelles ?

Selina : La possibilité de proposer une offre en ligne a été un peu débattue, mais les activités à l’extérieur l’ont rapidement emporté. En ce moment, nous passons déjà bien assez de temps devant l’ordinateur.

Pouvez-vous décrire un OpenSunday Outdoor ? Qu’est-ce qu’on y fait ?

Sira : Les enfants ont la possibilité de passer du temps dans la nature avec d’autres jeunes de leur âge, de faire du sport, d’être en mouvement et de s’amuser. Et il y a de tout : on peut faire des sports d’équipe ou de ballon, jouer au loup ou même se dépenser sur les murs d’escalade de la place de jeux.
Selina : Nous avons pensé à un jeu un peu spécial pour cette saison : une carte au trésor. À chaque événement, les enfants trouvent une partie de la carte, qui les conduira à la fin au trésor. Nous ne savons pas encore exactement ce que ça va donner (rires).

Quels ont été vos défis lors de la réalisation ?

Sira : Nous avons malheureusement eu moins de participant·e·s que prévu. De nombreuses activités auraient été bien plus drôles avec davantage d’enfants.
Selina : Pour la Saint-Nicolas, nous avions préparé un punch dans la forêt en espérant accueillir beaucoup de monde. Au final, seules cinq personnes sont venues. C’était dommage, mais la météo a aussi joué un rôle important.

À quoi avez-vous pensé avant le premier événement ? De quoi vous réjouissiez-vous le plus ?

Sira : Je me demandais si les enfants allaient aimer notre programme et comment nous allions faire avec le froid. Mais nous nous réjouissions beaucoup de la collaboration au sein de l’équipe et avec les enfants.

Pour le moment, il y a encore beaucoup d’incertitudes quant à la prochaine saison. Que souhaitez-vous pour le début de la saison, en automne 2021 ?

Sira : Pouvoir commencer sans incertitude et grandir en tant qu’équipe avec les nombreux nouveaux coaches.
Selina : J’espère que l’énergie accumulée chez tout le monde servira de motivation pour commencer dans un nouvel état d’esprit la saison 2021, en automne.

Quels moments de cette saison vous restent particulièrement en mémoire ? Quels ont été les moments forts pour vous ?

Selina : Pour moi, c’était la Saint-Nicolas. Les coaches déguisé·e·s, la forêt enneigée – c’était vraiment la Saint-Nicolas parfaite, malgré le peu de participant·e·s.
Sira : L’attitude positive de Lena, notre coordinatrice de projet, nous a toujours encouragées à rester optimistes et à donner le meilleur de nous-mêmes.

Sira Dürr

Âge : 21 ans

Domicile : Eichberg

Hobbys : faire du mountain bike, de la randonnée et du ski, courir, lire, cuisiner

Métier : étudiante à la Haute école pédagogique de St-Gall

Les plus grands défis amenés par le coronavirus : la limitation des contacts sociaux, ne pas pouvoir voir mes grands-parents, étudier à distance

Lieux et moments de bonheur pendant cette période : le temps passé dans la nature

Selina Buschor

Âge : 21 ans

Domicile : Altstätten

Hobbys : les scouts, le ski, la randonnée, l’escalade, la lecture et maintenant : faire des jeux

Métier : étudiante à la Haute école pédagogique de St-Gall

Le plus grand défi amené par le coronavirus : la distanciation sociale (plus de réunion, pas d’échanges directs avec les autres étudiantes et moins de contacts avec mes amies)

Lieux et moments de bonheur pendant cette période : les aventures dans la nature avec mes amis et ma famille

IdéeSport

Actualités

Voir toutes les actualités.

Retour haut de page